Nigeria: Voici les derniers mots de l’étudiante accusée de blasphème avant d’être brulée vive révélés

Les camarades de cours de Deborah Samuel, la jeune étudiante nigériane accusée de blasphème et tuée par une foule ont révélé ses derniers mots avant qu’elle ne soit tuée.

Deborah, une étudiante en économie domestique de deuxième année au Shehu Shagari College of Education de Sokoto au Nord du Nigeria, a été accusée d’avoir fait un commentaire sur la plateforme WhatsApp de son école que ses collègues musulmans considéraient comme blasphémant le Prophète Mohammed (SAW). En conséquence, elle a été tuée à coups de pierres et de planches le jeudi 12 mai et son corps a été incendié.

L’une des étudiants, qui a été témoin de la façon dont Deborah a été fouettée, lapidée à mort et brûlée, a décrit la scène comme la plus horrible dont elle ait jamais été témoin.

L’étudiante qui s’est simplement identifiée comme Rakia, a raconté comment la note vocale de l’étudiante âgée de 25 ans a dégénéré en une situation incontrôlable.

S’adressant à Vanguard depuis la maison de ses parents, Raki a déclaré: « Deborah était ma camarade de cours. Je venais d’entrer dans la classe lorsque le tumulte sur sa note vocale a commencé. Ce sont ses propres camarades de cours qui ont commencé. L’un d’eux a déclaré que Deborah les avait provoqués en refusant de s’excuser lorsqu’on le lui demandait. Tout a commencé par un débat sur l’examen à venir sur une plateforme générale WhatsApp créée pour nos camarades de cours. Un des étudiants lui a demandé comment elle avait réussi l’examen du dernier semestre et en réponse, elle a dit que c’était « Jésus o ». Immédiatement, environ trois autres conversations sont venues de deux musulmans et d’un chrétien, lui disant de se rétracter. Deux étudiants d’autres départements qui ont entendu des garçons musulmans discuter de la question ont dit aux amis proches de Deborah de la persuader de se rétracter. Mais elle a répondu via une note vocale sur la plateforme « feu du saint esprit . Rien ne m’arrivera. Est-ce par la force que vous enverrez toujours ces trucs religieux dans ce groupe ? Le groupe n’a pas été créé pour ça mais plutôt comme un avis sur les tests, les devoirs, les examens, etc., pas ces messages religieux absurdes. On nous a fait comprendre que des jeunes hommes avaient été amenés de l’extérieur avant l’attentat. J’étais en classe lorsque certains de nos camarades de classe se sont précipités en disant ‘il y a du feu sur la montagne o’. Les étudiants musulmans ont conduit les étrangers à la classe pour la chercher. Pris de peur, les élèves de la classe ont essayé de l’aider à s’échapper et l’ont emmenée au poste de sécurité d’où ils espéraient créer un moyen pour qu’elle puisse sortir en courant. Déjà, un taxi attendait dehors pour la conduire directement au poste de police. Malheureusement, la foule a maîtrisé tous ceux qui tentaient de la sauver. Ils ont même menacé de tuer quiconque tenterait de se mettre en travers de leur chemin. Elle a été traînée dehors, fouettée et lapidée. Le dernier mot dans sa bouche était ‘qu’espérez-vous accomplir avec ça?’. À ce moment-là, certains de nos camarades de classe appelaient certains de nos professeurs pour la sauver. À un moment donné, tous les élèves chrétiens ont fui les locaux de l’école. C’est en rentrant chez moi que j’ai entendu dire qu’elle avait été incendiée. Depuis l’incident, j’ai un flash de son expression suppliante. Elle a imploré la miséricorde et a appelé à l’aide, mais c’était loin d’elle. Quelle cruelle façon de mourir. »

Une autre étudiante musulmane qui ne voulait pas que son nom soit révélé a condamné l’action de la foule contre feue Deborah. Elle a déclaré à la publication: « Ce qui s’est passé ne justifiait pas sa mort. Nous appelons le gouvernement à adopter une politique qui s’oppose aux attaques contre toute personne accusée de blasphème. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.