France, Espagne, Sénégal : la dernière lettre d’Ahidjo qui liste sa fortune

• Ahmadou Ahidjo craignait pour la vie de son épouse


• L’ancien président a demandé l’aide d’Abdou Diouf

• Ahmadou Ahidjo indique les lieux où se trouvent sa fortune

Le journal camerounais l’Oeil du Sahel a publié un extrait d’une lettre secrète envoyée par Ahmadou Ahidjo à l’ancien président sénégalais Abdou Diouf le 19 décembre 1985 dans laquelle il exprimait ses craintes par rapport à la sécurité de son épouse Germaine. En effet malade et exilé, le prédécesseur de Paul Biya condamné par contumace pour atteinte à la sureté de l’Etat a souhaité que sa dépouille soit ramenée au Cameroun à sa mort.

Il est cependant conscient que ses rapports conflictuels avec le nouveau locataire du Palais de l’Unité à qui il a délibérément cédé la place en 1984, pouvaient amener ce dernier à s’en prendre à son épouse. Il demande alors au président sénégalais de l’époque qui avait accordé l’asile à sa famille de ne pas se presser pour le retour de sa femme au Cameroun.

« Monsieur le président, merci pour tout. Si Dieu m’enlève la vie, je voudrais que mes restes soient enterrés au Cameroun. Si on le fait maintenant avant que cette vilaine parenthèse que traverse mon pays que j’ai involontairement et par l’action des envieux et des jaloux de l’intérieur ou de l’extérieur du Cameroun, ma femme Habiba Germaine voudra certainement accompagner mes restes et je ne voudrais pas qu’on lui fasse du mal. Donc il faut attendre », écrit Ahidjo dans sa lettre.

Une croix sur le Cameroun

Concernant ses biens, le président Ahidjo a prié Abdou Diouf d’aider sa famille afin que celle-ci puisse entrer en possession de son héritage. Il a précisé dans le courrier qu’il avait des bien au Sénégal, en France et en Espagne. A aucun moment, il n’a fait mention d’une quelconque fortune au Cameroun.

« Le premier président de la République du Cameroun poursuit : « Je vous demande de faire une faveur à mes héritiers pour mes biens se trouvant au Sénégal et d’intervenir si possible pour qu’on fasse la même chose en France et en Espagne. Merci. Vive le Cameroun uni et prospère ». Pour rappel, Ahmadou Ahidjo a rendu l’âme le 30 novembre 1989 à Dakar. Son épouse Germaine Abiba l’a rejoint au séjour des morts le 20 avril 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *