à la uneCameroun

Droit de préemption: excellent outil, mais qui doit être très cadré


L’inflation aux Etats-Unis, sujet majeur de la campagne électorale, est restée stable en décembre sur un an, mais la hausse des prix hors alimentation et énergie est tombée au plus bas depuis mars 2021.

La hausse des prix est restée de 2,6% en décembre, par rapport à décembre 2022, selon l’indice PCE, jauge privilégiée par la banque centrale américaine (Fed), publié vendredi par le département du Commerce.

Sur un mois cependant, l’inflation est repartie à la hausse, les prix augmentant de 0,2% par rapport à novembre, comme attendu, tandis qu’ils avaient reculé de 0,1% entre octobre et novembre.

Mais hors alimentation et énergie, l’inflation dite « sous-jacente » est elle tombée à 2,9%, son plus bas niveau depuis près de trois ans.

« L’inflation est désormais sous contrôle », avait déclaré jeudi la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen.

Les Américains « voient leur situation financière s’améliorer », avait-elle ajouté, estimant que « si l’inflation reste faible, ils commenceront à retrouver confiance dans l’économie. »

L’administration de Joe Biden sait que la hausse des prix sera un élément clé dans l’élection présidentielle de novembre. Et que l’ancien président Donald Trump, qui est bien placé pour être le candidat républicain, accuse régulièrement les démocrates de mener une politique inflationniste.

« La façon dont (les) électeurs indécis percevront l’inflation, entre autres développements économiques, déterminera probablement l’élection », détaille Bernard Yaros, économiste pour Oxford Economics, dans une note.

Par ailleurs, les revenus des ménages ont augmenté un peu moins vite en décembre qu’en novembre, à 0,3% contre 0,4%, a précisé le département du Commerce.

Mais leurs dépenses ont elles grimpé plus vite, portées par les achats des fêtes de fin d’année, à 0,7% contre 0,4%.

« Milieu de l’année »

L’inflation PCE est particulièrement regardée par la banque centrale américaine (Fed), qui veut la ramener à 2% sur un an.

La banque centrale tiendra mardi et mercredi sa réunion de politique monétaire (FOMC), au cours de laquelle elle ne devrait pas toucher aux taux d’intérêt, qui plafonnent dans la fourchette de 5,25 à 5,50% depuis juillet.

La Fed prévoit désormais d’abaisser ses taux.

Elle pourrait commencer « d’ici le milieu de l’année », estime Rubeela Farooqi, cheffe économiste pour HFE, et « un démarrage plus précoce ne peut être…





Source link

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
YouTube
Pinterest
LinkedIn
Share
WhatsApp