Dos au mur, Motaze livre les bénéficiaires des lignes 94 et 65

Les Camerounais découvrent grâce aux révélations des médias que plus de 5000 milliards, soit l’équivalent du budget annuel du Cameroun ont été détournés sur les lignes 94 et 65 durant les dix dernières années. Bien avant l’ouverture de l’enquête ordonnée par le président de la République et qui fait déjà des victimes au ministères des finances, Louis Paul Motaze avait déjà expliqué aux sénateurs comment il gérait ces fonds

Les sénateurs camerounais ont interpellé le ministre des finances Louis Paul Motaze sur un financement accordé par l’Etat camerounais à l’homme d’affaires Amougou Belinnga afin que celui-ci puisse procéder à la construction de l’université privée dénommée « Institut Supérieur des Sciences, Arts et Métiers (ISSAM) ». Le document accordant la subvention au PDG du groupe l’Anecdote a fuité début novembre 2021 sur les réseaux sociaux. La pratique qui consiste à appuyer financièrement les opérateurs économiques est courante aux Cameroun selon les explications de Louis Paul Motaze. A la grande surprise de tous, il révèle que le montant perçu par Amougou Belinga et qui fait actuellement polémique est infime par rapport aux sommes touchées par certains professionnels de la communication.

« Si vous voulez qu’on reste dans le domaine de la communication, il y a eu des bénéficiaires qui ont eu cinq fois plus que ce que vous avez cité. J’ai ces données mais je ne mets pas ça dans les réseaux sociaux parce que je suis un responsable », a-t-il déclaré. Pour bénéficier de cette subvention de l’Etat, la condition est toute simple ; être porteur d’un projet important pour le pays.
« Le critère principal, le gouvernement doit savoir lorsqu’il est saisi par un agent économique, est ce que ce qu’il veut faire est important pour le pays », explique le ministre des finances interrogé sur les critères d’attribution des subventions à polémiques.

Féliciter Amougou Bélinga

Louis Paul Motaze ne s’est pas simplement contenté de justifier le chèque offert au grand Zomloa. Il prend plusieurs minutes pour magnifier celui-ci. Le ministre rappelle aux sénateurs que Jean Pierre Amougou Belinga fait partie des rares entrepreneurs camerounais qui parviennent à racheter des sociétés en Europe. Pour cela, ils demandent aux membres de la chambre haute d’applaudir le patron de presse qui a racheté la télévision française Tele Sud.

« Celui que vous avez cité (Amougou Belinga Ndlr) a pris la décision de racheter une télé européenne. Messieurs les sénateurs, vous devriez applaudir lorsque vous apprenez que même un Camerounais a acheté chez les blancs. Et quand vous avez un citoyen de votre pays qui a cette ambition. Qu’est-ce que vous devez faire ? L’encourager ou le décourager ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *