CONFIDENTIEL : Voici comment Samuel Eto’o prépare encore un gros coup révolutionnaire

• Samuel Eto’o veut mettre en place un gendarme financier

• La reprise des championnats justifie la mise en place de cette commission

• Cette unité sera à l’image de la DNCG en France

A son arrivée à la tête de la Fédération camerounaise de football, Samuel Eto’o s’est donné pour mission de changer radicalement avec les vieilles méthodes de gestion opaque des ressources du football camerounais. Depuis sa campagne, il a martelé à plusieurs reprises qu’il vient à la Fecafoot pour travailler et servir et non se servir puisqu’il a déjà fait fortune sur les terrains. Visiblement, Samuel Eto’o est décidé à faire de la reddition des comptes.

En effet, selon des informations, Samuel Eto’o travaille à la mise en place d’une structure qui sera identique à la Direction Nationale du Contrôle de Gestion (DNCG). Cette unité a tout son sens avec la reprise des championnats nationaux.

En France, dans son rôle de contrôle des clubs professionnels, la DNCG a pour principal objectif d’assurer l’équité des compétitions, en vérifiant notamment que les investissements sportifs de chaque club n’excèdent pas ses ressources financières.

« Comme à la fédération française de football, le président de la fecafoot compte créer une direction qui sera en charge du contrôle des gestions des clubs.Bientôt les présidents de club seront invités à produire des justificatifs de la subvention qu’ils reçoivent régulièrement. Une initiative à saluer mais qui fera jaser. Chaud devant !!! », prévient la page Ndamba Web


À quoi sert la DNCG en France ?


Créée en 1984 dans le cadre du code du sport qui prévoit que «chaque fédération disposant d’une ligue professionnelle crée un organisme assurant le contrôle juridique et financier des associations et sociétés sportives», la DNCG est une commission indépendante qui agit sous la tutelle de la Ligue de football professionnel (LFP) et de la Fédération française de football (FFF).

Son rôle consiste à assurer la pérennité financière des clubs professionnels engagés en Ligue 1, en Ligue 2 et parfois en National. Les clubs semi-professionnels ou amateurs qui composent le National, le CFA et le CFA 2 (cinquième division) sont également surveillés par le biais de commissions fédérales ou régionales.

Le principal objectif de la DNCG vise à vérifier «que les investissements sportifs de chaque club n’excèdent pas ses capacités financières». Autrement dit, l’instance de contrôle demande pour chaque début de saison des comptes équilibrés, afin d’éviter que les clubs croulent sous les déficits et les dettes impossibles à assumer. Pour remplir cette mission, les clubs sont auditionnés au moins une fois par an. Mais un audit n’est en aucun cas réalisé par la DNCG, qui n’en a pas les compétences.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.