à la uneCultureInternational

cette hypothèse des gendarmes sur sa mort prend de l’ampleur, “Pour un enfant de 2 ans…”


Le petit Emile est mort. Après neuf mois de recherches, son crâne et des dents ont été découverts le 30 mars par une randonneuse en contrebas du hameau du Haut-Vernet (Alpes-de-Haute-Provence), non loin de l’endroit où le petit garçon a été vu pour la dernière fois. En possession d’une partie du corps de l’enfant, les gendarmes doivent maintenant déterminer les causes de la mort d’Emile, 2 ans et demi. 

Si les enquêteurs disposent du crâne du petit garçon, ils leur manquent le reste du corps. En effet, pour déterminer avec certitude la date et les circonstances du décès, des tissus mous, comme des organes, sont nécessaires au travail des experts scientifiques. Ce mardi 2 avril, le procureur de la République d’Aix-en-Provence a annoncé que des vêtements de l’enfant ont également été trouvés à 150 mètres de la zone où le crâne d’Emile a été découvert. 

Disparition d’Emile, 2 ans et demi : cette terrible hypothèse sur la mort de l’enfant prend de l’ampleur

Une avancée majeure dans l’enquête, mais qui ne permet pas pour autant de fermer les portes aux différentes pistes des enquêteurs. Toutefois, une hypothèse semble prendre de l’ampleur auprès des personnes proches de l’affaire sur la disparition d’Emile. Pour le général François Daoust, ancien patron de la gendarmerie nationale, la théorie selon laquelle Emile s’est perdu serait la plus probable.

 “La priorité, c’est de retrouver le point zéro où se trouvait initialement le corps du petit Émile (…) S’il est tombé dans une petite ravine du Haut Vernet et que, derrière, on a un terrain en pente sur plusieurs centaines de mètres, il peut être difficile de trouver le point de chute où le petit s’est arrêté, endormi ou évanoui d’épuisement. Bien sûr, cela vaut si on reste sur l’hypothèse qu’il s’est perdu” explique-t-il et d’ajouter : “Je rappelle que pour un enfant de 2 ans, par de telles chaleurs, les chances de survie, sans être hydraté, sont très limitées. Un adulte sans eau ne tient en pleine conscience que 2 à 3 jours”.

<p><span style="font-weight: 400;" data-mce-style="font-weight: 400;">Le petit Emile retrouvé : cette hypothèse des gendarmes sur sa mort prend de l’ampleur, “Pour un enfant de 2 ans…”</span></p>

crédit photo : DR Cette hypothèse glaçante sur la mort du petit Emile qui prend de l’ampleur dans l’esprit des gendarmes.

Emile retrouvé mort : ces théories toujours valables aux yeux des gendarmes

Quid de l’intervention d’une tierce personne dans la disparition du petit Emile, qui aurait dû fêter ses 3 ans en décembre dernier ? “L’hypothèse n’est pas éliminée”, estime François Daoust, mais “ce n’est peut-être pas celle sur laquelle les enquêteurs travaillent en priorité”. 

Et sur le fait que cette macabre découverte a eu lieu 2 jours seulement après la reconstitution de la disparition du garçonnet dans le Haut-Vernet, le militaire se veut rationnel. “Cela fait partie de ces hasards qui font du mal à la perception du plus grand nombre”. Un avis partagé par la porte-parole de la gendarmerie, Marie-Laure Pezant, pour qui, rien n’indique qu’il y a eu un “acte volontaire d’une personne extérieure”. Pour l’heure, les premières analyses du crâne ont parlé. 

Disparition d’Emile dans le Haut-Vernet : ce qu’ont donné les premières analyses du crâne du petit garçon

Dans une conférence de presse donnée ce mardi 2 avril, le procureur de la République a révélé les résultats des premières analyses. Jean-Luc Blachon a livré les derniers éléments de l’enquête aux journalistes. “Les premières analyses du crâne ont permis de relever les informations suivantes : le crâne présente de petites fractures et des fissures post-mortem. Aucun traumatisme ante mortem n’a été observé”. “Le crâne présente des traces de morsures, probablement causées par un ou des animaux”, note-t-il, avant d’évoquer l’absence d’un maxillaire du petit Emile. 

<p><span style="font-weight: 400;" data-mce-style="font-weight: 400;">Le petit Emile retrouvé : cette hypothèse des gendarmes sur sa mort prend de l’ampleur, “Pour un enfant de 2 ans…”</span></p>

crédit photo : W9 Les résultats des premières analyses du crâne du petit Emile dévoilés.

Autre élément à prendre en compte dans cette affaire : “L’aspect des os et le dépôt sur ses os permettent d’affirmer qu’ils n’ont pas été enfouis et qu’ils ont été exposés longtemps aux variations météorologiques et aux intempéries”. Par ailleurs, le procureur a précisé que ces analyses n’avaient pas permis de dire “quelle est la cause de la mort d’Emile”. Les investigations se poursuivent pour enfin connaître la vérité. 





Source link

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
YouTube
Pinterest
LinkedIn
Share
WhatsApp