Brenda Biya dévoile sa triste enfance : Voici pourquoi ‘ma nounou quand j’étais plus jeune priait avec moi tous les soirs’

• Brenda Biya traverse des zones de turbulence depuis quelques semaines


• Les vidéos de la fille de Paul Biya « séquestrée » et psychologiquement instable a fait le tour des réseaux sociaux

• Après cette épisode, la première fille du Cameroun se confie sur son enfance à Etoundi

Dans une publication sur sa page Facebook, Brenda Biya explique comment elle n’a pas pu craquer plus tôt dans son enfance, grâce aux prières qu’elle faisait avec sa nounou.

« Ma nounou quand j’étais plus jeune priait avec moi tous les soirs, jusqu’à ce que je commence à le faire moi-même… Mes enfants et moi allons prier ensemble. Puis espérons que cela devienne une habitude qu’ils chérissent, sans pression cependant, juste essayer de partager ce avec quoi j’ai grandi », a déclaré Brenda Biya dans une publication sur sa page Facebook, il y a quelques heures.

Dans un message vidéo, devenu viral sur les réseaux sociaux il y a quelques semaines, la première fille du Cameroun déclare être séquestrée dans une chambre de l’hôtel International de Genève.

Décrivant sa situation, Brenda confie qu’elle est bloquée dans sa chambre d’hôtel et qu’elle ne peut se rendre aux urgences pour se fait consulter.

« Je n’ai pas le droit de sortir d’un hôtel pour aller aux urgences. Moi je suis séquestrée dans un hôtel. Ils font ça à leurs autres dossiers ?… des gardes du corps essaient de me menacer de me maîtriser tout ça parce que je veux aller aux urgences. », s’exclamait-elle.

Dépassée par « l’enfer » qu’on lui fait subir, Brenda Biya estime que la dictature est partout.

« Je dois mourir avant que quelqu’une ne fasse quelque chose. La dictature c’est partout, même à Genève. Je ne sais pas combien de millions ou de milliards ont leur a donné pour laisser quelqu’un crever. J’ai failli mourir dans cet hôtel en faisant une crise d’asthme », confiait-elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *