Affaire Malika: Découvrez comment un groupe de s3xe cache un autre plus virulent

• Les enquêtes autour de l’affaire Malika ont révélé l’existence d’un autre groupe de s3xe.

• Groupe WhatsApp, dans ce dernier est exhibé la nudité des filles par des prédateurs s3xuels.

• Ce groupe est différent du premier qui serait encore plus large et dont plusieurs autorités seraient membres.

Les Camerounais découvrent avec l’affaire Malika, l’existence de ‘On déconne un peu’, un groupe WhatsApp d’hommes ayant un appétit s3xuel hors du commun et où se partagent et se négocient les numéros des filles et parfois des femmes de personnalités bien connues.

Ce groupe, selon les dernières révélations des enquêtes autour de l’affaire Malika cache plusieurs autres groupes dont l’un auquel feraient partie Martin Camus Mimb et Wilfrid Eteki. C’est dans ce dernier que le nom et les photos de Malika et plusieurs autres filles ont été découvertes. C’est le cas de Mya toujours inconnue jusqu’à ce jour.

On se rappelle qu’à quelques heures de l’ouverture du procès de l’affaire Malika, l’avocate de Wifrid Eteki a livré quelques détails sur le fonctionnement du groupe de 3exe privé.

Selon l’avocate, la plateforme est exclusivement dédiée aux exploits s3xuels de ses membres. Malicka aurait insisté pour que Wilfrid Eteki envoie la vidéo de leurs ébats dans le groupe. Martin Camus Mimb est présenté comme le principal destinataire du film érotique. Le jour du scandale Camus lui montrait en direct une de ses séances de fellation avec la même Malicka.

« Hélas, Malicka BAYEMI n’assume pas sa personnalité … en effet, par inadvertance, Wilfrid Eteki envoie la vidéo de la fellation dont l’a gratifié Malicka Bayemi dans les locaux de RSI (Radio Sport International), pendant qu’il conduit et alors que Malicka Bayemi exécutait sur lui une nouvelle fellation retransmise en direct à Martin Mimb Hiol, au sein du groupe WhatsApp créé à cette fin, à la demande de la jeune femme … c’est donc bien involontairement que Wilfrid Eteki envoie ce vidéogramme à M. Yves BASSONG, basé à Bruxelles », révèle Me Michele E. M’packo, avocate de Wilfrid Eteki.

Ce qu’on sait sur le groupe WhatsApp « On déconne un peu »

La rédaction de infoscameroon a appris de ses sources, les règles strictes qui régissent le groupe.

– Le groupe qui est administré par un journaliste dont nous tairons pour le moment le nom (nous nous réservions le droit de publier pour le moment), admet des membres a condition que vous avez apportez votre propre s3xtape.

– Pour le groupe, tous les membres sont des recruteurs de jeunes filles pour satisfaire les autres membres.

– Il y a des anciens du groupe qui sont un peu comme des proxénètes qui placent les filles aux clients au Cameroun et en Occident. Ils sont rétribués et peuvent à leur tour consommer la marchandise.

– Les partouzes sont autorisées et toutes les filles peuvent être consommées tour à tour.

– La quatrième règle du groupe, sinon la plus importante, est que tout ce qui se passe dans le groupe reste dans le groupe. Toute personne ayant été reconnue coupable de la divulgation des contenus et ou information sur le groupe verra ses propres ébats et autres vidéos de lui sur les réseaux sociaux.

– Il est formellement interdit de quitter le groupe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.